Accueil                  Contre mes sites : citations 6/12/05 1 , 2 , 3  en appel 26/6/06  1 , 2 , 3, 4    

Contre un des ripoux d'un réseau du grand banditisme dans la police et la justice (oui, le monde à l'envers) avec les preuves      Impression Word      Pièces jointes aux conclusions       Impression RTF    VERDICT des FRERES maçons ?    Cassation
Pages 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 , 8 , 9 , 10 , 11 , 12 , 13 , 14 , 15 , 16 , 17 , 18 , 19 , 20 , 21 , 22 , 23 , 24 , 25 , 26 , 27 , 28 , 29 , 30

A 15h, alors que nous poursuivions nos discussions après cette audience avec le même groupe déplacé dans la salle des Pas Perdus et d'autres personnes, des policiers m'ont extrait du groupe, moi uniquement !

Ils m'ont menotté les mains dans le dos, et emmené en garde à vue jusqu'au lendemain où j'ai été interrogé et relâché vers 10h.
Une arrestation de près de 18 heures sur l'ordre du Vice Procureur M FONTAINE Luc qui m'avait entendu le 20 décembre 2002 (pièce 12) alors qu'il était, à ce moment la, Président de la Chambre de l'instruction.

J'ai été maintenu en garde à vue pendant par 18 heures alors que mes multiples demandes écrites j'ai été maintenu en garde à vue pendant par 18 heures alors que mes multiples demandes écrites concernant mes plaintes restaient sans réponse (pièces 44).

Pour cela, j'ai été cité en correctionnelle le 20 février 2006. Mes sept témoins cités étaient présents.
Le juge PRADIER présidait l'audience. Il a déclaré :

- Que l'audience était reportée à une date indéterminée !
- Qu'il ne pouvait pas me juger pour des motifs de partialité !
- Qu'il ne parvenait pas à réunir une collégialité pour me juger !

Bizarrement, le 6 avril 2006, ce même juge M PRADIER m'a jugé en procédure de comparution immédiate, sans témoin, suite à l'agression de CWIKOWSKI deux jours plus tôt sur le parvis du palais.

Tous ces blocages confirment que je mes publications sur Internet, en décembre 2003, étaient absolument nécessaire à la manifestation de la vérité parce que des acteurs du système judiciaire ont tenté d'étouffer l'affaire par tous les moyens, même illégaux.

Ainsi, j'ai publié les liens (extraits pièces 45, 46) entre M CWIKOWSKI Bruno et M GIRAUD Paul, l'amant (Pièces 39 ou1D2, 21 ou2D2, 20 ou6D2) de mon épouse, et, les preuves d'étouffement des multiples délits de ces ex-policiers en relation avec le milieu policier et judiciaire en activité.

XII - B - J'ai été roué de coups par CWIKOWSKI, et, le procureur TERNOY René a, malgré cela, réclame 3 mois ferme, contre moi !

Une vengeance par des avocats, des magistrats…qui n'ont pas apprécié que je publie les magouilles de leurs confrères ! !

Sommes-nous dans une dictature ou une démocratie ?

Le 17 mai 2006, comme aux temps de l'inquisition nous avons été jugés en audience unique, dans une salle vide, à l'écart du public orienté avec les journalistes vers la salle 5 bondée où étaient programmées toutes les autres audiences correctionnelles du jour.

Cette audience en comparution immédiate fait suite à l'agression (pièce 76) le 4 avril 2006 sur la partie civile (moi-même) par l'ex- commissaire révoqué CWIKOWSKI.
Il n'a pas apprécié que je dévoile publiquement les 600.0000 € encaissés pour la revente des données personnelles volées destinée en partie aux loges maçonniques comme l'écrit au juge, son employée juriste, (pièce 40 page 2 ) avant l'audience.

La situation a été retournée contre moi en "violences en réunion" avec la complicités des forces de l'ordre et des faux témoignages de trois avocats grenoblois :

- Les avocats JOURNAULT Anne, LEVY SOUSSAN Arnaud, MOREAU Gilles (ajouté 15 jours après) et un agent de sécurité MASCIAVE Louis qui sont tous arrivés à la fin de l'agression. Aucun n'a osé témoigner qu'ils étaient là au début parce qu'ils savaient que Mme ARNAUD avait pris des photos.
- Bizarrement les caméras du palais de justice n'ont rien vu.
- Des certificats médicaux de complaisance dont même le secrétariat des urgences du C.H.U. de la TRONCHE a reconnu la falsification. Les 3 certificats présentés sont tous du même auteur, mais le Dr BELLANGER Laurent ne reconnaît avoir établi qu'un, le dernier ! D'après les soins de la veille !

Du 11 septembre 2006, conclusions d'appel partie civile pour le 19 septembre 2006 : - 16 / 30 -

Pages 1 , 2 , 3 , 4 , 5 , 6 , 7 , 8 , 9 , 10 , 11 , 12 , 13 , 14 , 15 , 16 , 17 , 18 , 19 , 20 , 21 , 22 , 23 , 24 , 25 , 26 , 27 , 28 , 29 , 30